Histoire et Patrimoine - Partie 2

La justice et l'autorité

Notre livre d’histoire de la Ville « Baie-D’Urfé 1686-1986 » nous confirme que notre municipalité avait un corps policier en 1912. Arthur Quesnel a été assermenté à titre de constable et contremaître de la Ville au salaire de 2 $ par jour. Ses fonctions étaient celles de "chef de police" et travailleur manuel pour la voirie. Plusieurs gardiens de sécurité et agents de l’ordre l’ont succédé par après à l’hôtel de ville. Malheureusement au mois de mai 1931, l’officier de police, J.B. Lunt, au service de la Ville à ce moment-là, est décédé dans un accident sur le chemin Lakeshore alors qu’il poursuivait un contrevenant à moto avec un sidecar. En 1959, avec l'augmentation de la population et un renforcement des lois municipales, un service policier vu le jour. Le chef Thomas Grey fut embauché cette même année et Baie-D’Urfé eu son tout premier véhicule officiel de police avec le logo respectif de la Ville.

Le développement de la Ville

La construction et l'ouverture du Collège Macdonald à Sainte-Anne-de-Bellevue donna un nouvel essor à la région. À Baie-D'Urfé, de nouveaux lotissements et de nouvelles rues furent planifiés, mais la guerre et la Crise de 1929 mit un frein à ces projets. À la fin de la guerre, certains de ces projets furent repris et de nouveaux furent mis en œuvre à Baie-D’Urfé et dans les villes avoisinantes. D'autres projets non résidentiels réalisés dans la région ont également influencé la ville et ses habitants, notamment la construction de l'hôpital militaire et les Imprimeries Garden City, cette dernière étant la première véritable industrie de la région.

L'automobile devenait de plus en plus populaire et la circulation était de plus en plus dense sur le chemin Lakeshore. Cette route menait à Ottawa et à Toronto et ses usagers devaient prendre le traversier à Sainte-Anne-de-Bellevue. Le pont Galipeault fut construit en 1924, créant ainsi le premier lien entre l'Île de Montréal et l'Île Perrot et les autres points à l'ouest. Au début, il s’agissait d’un pont à péage, autant pour les automobilistes que pour les piétons.

Baie-D’Urfé se développa très lentement dans les années 1930, en raison de la Crise de 1929. Le recensement démontre que la population de la ville n’a augmenté que de 25 personnes entre 1931 et 1941. Les temps étaient durs et plusieurs maisons étaient abandonnées; mais la vie de ceux qui demeuraient à Baie-D’Urfé à l'année était très agréable, remplie de petits plaisirs quotidiens. C’est en 1931 qu’eut lieu la première élection depuis la constitution de la Ville, les autres conseils ayant toujours été élus par acclamation.

Au début des années 1940, la ville subissait les contrecoups de la Seconde Guerre mondiale. Les fils des familles partaient à la guerre et le Collège MacDonald était alors utilisé pour l'entrainement des militaires. La voie nord du boulevard Métropolitain fut complétée en 1940 mais celle du sud ne le fut qu'en 1947 et de nombreux convois durent donc emprunter le chemin Lakeshore.

Place aux loisirs et à la vie de quartier

La fin de la guerre entraîna d’importants changements. Dès 1946, nombre de nouveaux résidants s'établirent principalement sur la pointe Caron, la rue Lakeview et les chemins Morgan et Lakeshore. L'Association des résidents fut fondée le 8 avril 1947 dans le but d’encourager la participation des résidants aux activités et aux affaires municipales. L'Association lança la revue mensuelle « Entre Nous » (News and Views) en juillet de cette même année.

Dans les années 1950, Baie-D’Urfé connut une telle croissance que sa population quintupla. À mesure que les fermes faisaient place au développement résidentiel, les règlements durent être modifiés et les services accrus et améliorés. Jusqu'alors, les écoles et les églises de la région avaient su répondre aux besoins de la population. L'école Dorset fut construite en 1958, l'école Oakridge (aujourd’hui Alexander von Humbolt) en 1959 et l'école Corpus Christi (maintenant l’école Joseph Henrico) en 1964. L'église presbytérienne St. Giles (maintenant le Temple Dao En) fut érigée en 1957. Le Centre Whiteside Taylor ouvrit ses portes en 1969. Il abritait une école maternelle, une bibliothèque, un atelier d’artisanat et un bureau pour les infirmières de l'Ordre de Victoria du Canada.

Des structures d'accueil furent aussi mises en place pour les loisirs. La Coop aménagée en 1954 offrait de nombreux services. Plusieurs associations, comités et groupes furent constitués : l’association d’artisanat et la bibliothèque, le Club de patinage artistique, le Club de voile, le Yacht Club et le Club de curling pour n’en nommer que quelques-uns. Alors que le lac servait jadis aux activités du Club de natation, deux piscines furent construites au cours des années 1960. En 1997, elles furent remplacées par une nouvelle piscine.

Commerces et industries 

La première entreprise commerciale de la ville fit son arrivée avec les années 1960 : le garage Cooper (l'actuel bâtiment du service des Travaux publics de Baie-D’Urfé). Le centre commercial suivit en 1967. Détruit lors d’un incendie en 1980, ce dernier fut reconstruit l'année suivante.

Le parc industriel fut lui aussi aménagé dans les années 1960. Bien que la première usine ouvrit ses portes en 1970, le secteur se développa lentement jusqu'au milieu des années 1980. Il compte aujourd’hui plus de 70 entreprises.

Une histoire qui se définit

En 1961, M. Tommy Lee, le maire de l’époque, définit les armoiries de la Ville qui sont une réplique de celles de l'abbé d'Urfé. Cette année-là, les célébrations commémorant le 275e anniversaire de l'ouverture du registre de la paroisse de Saint-Louis et le 50e anniversaire de la constitution de la Ville inclurent le dévoilement du monument Cairn sur les terrains de la Coop. 

En 1987, la Ville a été la scène d’une rencontre historique : les Lalonde d'Amérique y ont organisé une grande réunion et y ont dévoilé un monument dans le parc Bertold à la mémoire de leur premier ancêtre au Canada, le premier colon de Baie-D’Urfé, Jean de la Londe. 


Source : Petite histoire de Baie-D’Urfé par Christine Goodey et Antonia Sanchez;
traduit par Bernard Lacasse


Histoire et patrimoine

Histoire Partie 1

  • Une ville est née
  • Les débuts de Baie-D’Urfé

Histoire Partie 2

  • La justice et l'autorité
  • Le développement de la Ville
  • Loisirs et vie de quartier
  • Commerces et industries
  • Une histoire se définit
© Copyright 2018 Ville de Baie-D'Urfé. Tous droits réservés.
Top